Plan d’action annuel proposé 2017–2018

action plan

Cette année, le processus d’élaboration du plan d’action annuel comprenait la demande de propositions sur des thèmes particuliers pour assurer un produit final plus ciblé et plus cohérent. La protection et l’amélioration de l’éducation publique sont un aspect important de notre mission officielle et la défense d’une éducation de qualité y contribue. Trois sous-thèmes se sont imposés prioritairement en ce sens : aborder la violence au travail, soutenir la collaboration professionnelle et mieux comprendre le financement des universités.

Initiative en matière de violence au travail

Un atelier pour les dirigeants sur la « Promotion et la négociation de la santé mentale et du bien-être »

Protéger une éducation de qualité doit aussi se traduire par la protection de la santé mentale des personnes qui la dispensent et (ou) y contribuent. Une charge de travail accrue, les initiatives incessantes du ministère/conseil scolaire, le changement perpétuel (et les idéologies de l’heure qui favorisent le « changement » comme « remède » au système), les délais déraisonnables, les « parents omniprésents » et des gestionnaires mal formés contribuent tous à des conditions qui peuvent nuire à la santé mentale.

Cet atelier se veut préventif plutôt que de s’occuper des problèmes de santé mentale après coup. Il se penchera sur la façon de défendre les membres par le biais des processus de défense habituels, mais aussi directement par la négociation et la procédure de grief dans une perspective de santé mentale. L’atelier ne serait pas lié à une classification d’emploi en particulier, car les problèmes peuvent être généralisés et être utilisés par les dirigeants dans chacune de leurs unités de négociation.

Ressource pour aider les membres aux prises avec des élèves de la petite enfance ayant des problèmes comportementaux

Aborder la violence au travail a été identifié comme prioritaire pour la Fédération et ses membres. Afin de changer les choses, il importe d’aborder ce problème dès les premières années d’apprentissage. Quand les membres disposent d’une bonne connaissance des causes profondes et des effets négatifs des problèmes comportementaux, ils sont mieux en mesure de changer les choses pour tous au lieu de travail. Cela améliore les possibilités d’apprentissage des élèves, la sécurité des membres et les habilite à utiliser les procédures établies.

Nous avons investi plusieurs heures à la création de ressources qui viennent en aide à nos membres dans leurs responsabilités professionnelles et en cas de problèmes qui découlent de leur travail quotidien. Cette ressource examinera les problèmes liés au comportement qui touchent les élèves dès la petite enfance et guidera les membres.

Sondage sur la violence, l’agression et le harcèlement sexuels au travail

La Fédération continue d’identifier la violence au travail comme un domaine prioritaire. Les données du CTC révèlent que plusieurs membres syndiqués subissent de la violence sexuelle au travail. Nous savons que la violence constitue un problème réel et les cas de violence au travail augmentent. Ce sondage examinera cet aspect du problème dans tous les secteurs et situations, au travail, par les élèves, les parents, les collègues et aussi dans les activités provinciales et de districts d’OSSTF/FEESO.

Le plan comprendra l’élaboration d’un son-dage complet à l’intention de nos membres/dirigeants, afin de déterminer la nature et l’importance des cas de violence, d’agression et de harcèlement sexuels.

Soutenir la collaboration professionnelle

Établissement d’objectifs stratégiques pour la collaboration professionnelle

La P/P Note 159 : La collaboration professionnelle découle des efforts d’OSSTF/FEESO lors de la négociation centrale du personnel enseignant/enseignant suppléant pour établir le droit des éducateurs d’utiliser leur jugement professionnel dans l’application du curriculum. Même si nous pouvons nous enorgueillir de créer et de présenter d’excellents programmes de perfectionnement professionnel, ils sont en grande partie axés sur des enjeux particuliers. La Fédération a pris beaucoup moins position sur des pratiques et orientations pédagogiques spécifiques qui sont souvent imposées aux membres. Or, comme les membres sont submergés par l’obligation de se livrer à des pratiques professionnelles improductives, sont confrontés, dans certains cas, à des évaluations de rendement insatisfaisantes pour avoir refusé d’appliquer des approches pédagogiques d’une efficacité discutable, OSSTF/FEESO se doit de devenir un chef de file dans l’identification et la promotion de pratique efficace dans la salle de classe. Pour aborder ce défi, OSSTF/FEESO créera un groupe de travail dont le mandat sera de proposer des politiques pour appuyer la pédagogie fondée sur une preuve empirique des recherches en éducation utiles et des stratégies, pour soutenir le rôle de la Fédération en tant que promoteur de formation fort utile en éducation.

Conférence de ResearchED

Dans le contexte des multiples initiatives du ministère de l’Éducation et des conseils scolaires que l’on peut remettre en question, OSSTF/FEESO priorise la protection de l’autonomie. Nous devons veiller à ce que ces initiatives soient pleinement intégrées dans la pratique courante. La conférence proposée est une façon de confirmer que la protection du jugement professionnel reste à l’avant-plan des efforts d’OSSTF/FEESO.

La conférence vise plusieurs objectifs. Tout d’abord, les participants auront l’occasion d’entendre et d’apprendre d’experts sur une grande variété de domaines de recherche liés à l’éducation. Ils accroîtront leur expertise sur des pratiques pédagogiques empiriques et renforce-ront leur capacité à remettre en question la validité des initiatives imposées par le conseil scolaire et le ministère. Ensuite, la conférence devrait agir comme un autre organisme déclencheur pour renforcer l’importance du professionnalisme collaboratif au sein du système éducatif.

Financement universitaire

Le manque de transparence du financement universitaire suscite sans cesse des difficultés pour les unités de négociation du personnel de soutien universitaire d’OSSTF/FEESO. Bien que les inscriptions, le corps professoral et, il va sans dire le palier administratif augmentent, nos membres du personnel de soutien sont constamment exposés à la perte d’emploi et à des charges de travail accrues qui découlent de l’incapacité à lier les niveaux de dotation aux exigences du travail.

Le financement universitaire est obscur par rapport à celui des conseils scolaires. Tout d’abord, les universités s’appuient sur de multiples sources de financement et toutes ne sont pas soumises à un contrôle externe. Deuxièmement, les conseils d’administration des universités sont nommés plutôt qu’élus. Ces conseils sont initialement constitués en vertu de la loi qui régit la création de l’université et sont ensuite assujettis aux règlements créés par les administrateurs. Les conseils se reproduisent à leur tour sans l’obligation d’inclure divers intervenants comme des représentants du personnel, des syndicats, du corps professoral, etc. Aborder la question du financement universitaire sans se pencher sur le problème de gouvernance semble de moins en moins probable.

En consultation avec les dirigeants des unités de négociation du personnel de soutien universitaire d’OSSTF/FEESO, le personnel de la Fédération effectuera des recherches dans les lois et les règlements qui imposent les structures de gouvernance universitaire et une stratégie sera élaborée et mise en œuvre pour préconiser des modifications à la gouvernance, le cas échéant.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*