Livrer un message

Au début février, les membres d’OSSTF/FEESO de partout dans la province livreront un message fort et précis tant aux députés du gouvernement qu’à ceux de l’opposition. Ce message : toute coupure au budget de la province en matière d’éducation aurait des conséquences concrètes néfastes pour les élèves de l’Ontario et pourrait compromettre la prospérité future de la province.

Les dirigeants locaux d’OSSTF/FEESO s’organisent pour rencontrer les députés provinciaux dans les circonscriptions desservies par leurs districts et les travailleuses et travailleurs en éducation de première ligne tiendront des rassemblements informatifs à ces bureaux de circonscription. L’objectif sera de bien faire comprendre aux politiciens et au public que des niveaux adéquats de financement pour le système d’éducation publique et les élèves qu’il dessert devraient toujours être vus comme un bon investissement dans l’avenir de nos communautés. Par contre, les coupures au financement de l’éducation ne feraient que nuire au milieu d’apprentissage de nos élèves actuels et compromettre leur réussite dans l’immédiat et pour leur avenir.

Les rassemblements informatifs et les rencontres avec les députés provinciaux sont organisés en partie pour inciter le gouvernement Ford à tenir sa promesse de ne pas supprimer les emplois des travailleuses et travailleurs de première ligne. Nous sommes ouverts à la possibilité que certaines « efficiences » administratives puissent être trouvées au sein du système, mais nous sommes très inquiets des coupures qui réduiraient directement les services de première ligne. Les réductions de personnel pourraient avoir des effets défavorables immédiats sur l’apprentissage des élèves, surtout pour les élèves ayant des besoins particuliers et aggraveraient les problèmes qui se posent depuis plusieurs années à l’égard de la violence dans nos milieux de travail. Les salles de classe qui sont à la fois sécuritaires et inclusives ne pourraient pas être maintenues sans le soutien nécessaire en place, y compris le soutien offert par le personnel comme les éducatrices et éducateurs de la petite enfance, les éducateurs et aides à l’enseignement, les psychologues, les travailleurs sociaux, entre autres.

En plus du soutien pour les salles de classe, un effectif de classe approprié revêt une importance cruciale pour la réussite des élèves. Tandis que l’effectif maximal d’une classe individuelle est déterminé au niveau local pour les écoles secondaires publiques, la génération dans son ensemble du personnel enseignant en classe est réalisée par une exigence établie par la province de maintenir une moyenne pour l’ensemble du conseil scolaire d’au plus 22 élèves pour un enseignant. Toute augmentation à ce ratio entraînerait une diminution du nombre d’enseignants et porterait un coup paralysant à la programmation. Par conséquent, les élèves auraient moins d’options de cours.

La majorité de ces rassemblements et rencontres avec les députés provinciaux se tiendront le 7 février, même si quelques-uns peuvent être prévus à d’autres dates en février en cas de conflit d’horaire. Le moment choisi veille à ce que le message que les membres d’OSSTF/FEESO veulent diffuser soit entendu par les députés provinciaux, en particulier ceux du gouvernement, avant l’élaboration du budget provincial. On ne sait pas encore avec précision à quel moment le budget sera présenté à Queen’s Park, mais on s’attend à ce que ce soit entre la fin mars et la fin avril.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*