Sur la voie de la privatisation

Le 15 mars 2019, la ministre de l’Éducation a lancé la vision du gouvernement PC pour l’éducation : « L’éducation à l’œuvre pour vous – Modernisation des salles de classe ». Cependant, il apparaît de plus en plus possible que ce que la Ministre appelle « modernisation » ne soit rien de plus qu’une astuce pour entraîner l’Ontario sur la voie de la privatisation.

Le premier ministre et la ministre de l’Éducation réclament sans relâche des changements qui auront des effets dévastateurs durables sur l’éducation publique et, par surcroît, sur l’économie de l’Ontario. Le manuel de stratégie de privatisation contient un éventail de stratégies et la poursuite de l’apprentissage électronique obligatoire fait sans aucun doute partie de la tactique de privatisation.

À compter de 2020-2021, les élèves du secondaire prendront au moins quatre crédits d’apprentissage électronique sur les 30 crédits qui sont nécessaires pour l’obtention d’un diplôme d’études secondaires de l’Ontario. La prestation de tous les cours d’apprentissage électronique sera « centralisée ». OSSTF/FEESO est extrêmement préoccupé des répercussions qu’aura l’apprentissage électronique obligatoire sur l’apprentissage des élèves et sur leurs choix d’options. Le gouvernement a beau affirmer qu’il « s’est engagé à moderniser l’éducation et à soutenir les élèves et leurs familles de façon novatrice afin d’accroître la réussite des élèves », la vision du gouvernement n’offre aucune précision sur la conception, la prestation ou le plan de mise en œuvre des changements importants.

La preuve de l’invasion des entreprises dans l’éducation publique n’est pas un phénomène nouveau en Ontario. Plusieurs multinationales comme Google et Cisco sont déjà fermement ancrées dans nos écoles et nos établissements postsecondaires. L’élément pour le moins alarmant est la similitude entre la vision du gouvernement Ford et celles d’entreprises comme Pearson. D’ailleurs, à bien des égards, « L’éducation à l’œuvre pour vous » correspond à la vision de Pearson 2025, un document créé à l’intention des actionnaires, mais divulgué au public en avril 2019.

Motivé sur le profit, Pearson 2025 : Transforming teaching and privatising education data (Transformer l’enseignement et privatiser les données de l’éducation), identifie l’éducation comme étant l’industrie qui connaîtra la plus forte croissance du 21e siècle. L’objectif général de Pearson est de mener une « révolution de l’éducation » par la mise en œuvre de trois principaux changements dérangeants à a) la profession enseignante, b) à la prestation et à l’évaluation du curriculum et c) à l’organisation et au fonctionnement des écoles. L’avenir nous dira si la vision de Doug Ford pour l’apprentissage électronique et les autres modifications à l’éducation publique en Ontario reflètent simplement la vision d’entreprises privées comme Pearson.

L’engagement d’OSSTF/FEESO à défendre et à faire avancer l’éducation publique est toujours mis à l’épreuve par des éléments extérieurs, mais plus que jamais auparavant, tous les membres de la Fédération doivent se méfier de la sous-traitance et de la privatisation. Nous sommes disposés à nous opposer à l’invasion des entreprises dans nos écoles et lieux de travail. Compte tenu du gouvernement Ford, nous devons redoubler d’ardeur pour analyser de façon critique et pour sensibiliser la population aux dangers d’une vision de l’éducation publique qui aspire à nous entraîner tous dans la voie obscure vers la privatisation.

Regardez les infographies d’OSSTF/FEESO sur la stratégie de privatisation

Leave a comment

Your email address will not be published.


*